Psychologie : stade oral

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Psychologie : stade oral

Message  Mina le Dim Juin 27 2010, 22:30

Les stades de la sexualité infantile :

La sexualité infantile est la façon dont la sexualité se manifeste chez l'enfant. C'est cette sexualité infantile qui sera (entre autre) la genèse de la sexualité adulte.
Elle permet de décrire les modalités (conscientes ou inconscientes) de la recherche du plaisir, au cours du développement MAIS aussi de décrire l'organisation globale de la personnalité.

Le terme "sexualité infantile" est à différencier de la "sexualité de l'enfant" (qui ne concerne que ses comportements centrés sur les parties génitales de son corps) et à différencier de la sexualité de l'adulte.

Freud a élaboré sa théorie d'une sexualité infantile à la fin du 19e siècle.
Il démontre cette sexualité infantile à travers son aspect pulsionnel.
Il propose d'expliquer l'évolution de l'enfant à travers des caractères pulsionnels d'ordre sexuel, qui vont se transformer, en passant par plusieurs stades, avant d'aboutir à une sexualité génitale.

Cette théorie est un des bases les plus importantes en psychologie et psychiatrie.
Bien qu'elle ait évoluée depuis, je vous propose de vous la présenter dans ce topic à travers l'explication des stades de la sexualité infantile.

A préciser tout de même : ce que vous pourrez lire n'a pas valeur de savoir ultime.
Cette théorie découle d'observations, d'expérimentations et de réflexion.
Les âges sont donnés à titre indicatif, découlant d'une moyenne prépondérante.

Lorsque nous l'étudions, on nous précise bien que tout ceci sert de base, mais ne doit pas être utilisé comme seul indicateur de l'évolution et du développement de l'enfant (voir de l'adulte).


Bonne lecture.


************


Le nourrisson a une vie mentale et somatique très proche du pulsionnel, c’est à dire commandée presque exclusivement par des besoins archaïques.
Du monde qui l’entoure et le domine, n’existe que ce dont il a besoin. Tout ce qu’il croit et ressent existe, car il ne fait pas la part du réel et de l’imaginaire.


STADE ORAL : de la naissance à l'âge approximatif de 1 an.

Le stade oral est un stade de la sexualité infantile. C'est le premier stade de l'évolution de cette sexualité.

* Vers 2 mois :

Premières réactions en présence de l’adulte. Le nourrisson fixe les yeux de la mère pendant la tétée.
A travers le regard de sa mère, il se voit lui-même s’y reflétant.
Il découvre les sentiments et se les approprie.
Le sourire est une réponse (fonction de miroir).
Le rythme des tétées va amorcer la notion du temps.
Il commence à découvrir son corps et s’oriente dans l’espace d’après la voix humaine.

* Vers 6 mois :

Les sourires sont volontaires. La constitution de l’Autre s’est faite à travers le système Présence-Absence.
C’est de l’expérience de la frustration, due à l’attente, que naît l’Objet extérieur: le petit enfant commence à construire ses premières relations.
(Par « objet extérieur » on entend tout ce qui entoure l’enfant, qui ne fait pas directement partie de son être intérieur, notamment sa famille, mais aussi ces jouets, des matériaux ou même d'autres personnes de l'entourage).

Parallèlement, cette absence force l’enfant à recréer mentalement un univers de représentations mentales. Cet univers psychique l’aide à patienter jusqu’au retour effectif de la mère. Ainsi, il perçoit l’existence de l’Autre sur un fond d’absence.
Ce mécanisme est : la fonction symbolique.
(Cela signifie que bien que la mère soit absente, elle est symboliquement présente, en lui- grâce à la représentation qu’il s’en fait).

Ainsi, on voit apparaitre la théorie d'objets intérieurs et extérieurs. Cette théorie de Mélanie Klein sera développée ultérieurement.

* De 6 à 8 mois :

Le visage de la mère est reconnu et privilégié.
L’Objet est total, dans toute sa complexité de personne.
L’enfant fait la différenciation entre les diverses personnes qui gravitent autour de lui.
Tous les visages familiers déclenchent le sourire, les autres font naître méfiance et évitement. Souvent d’ailleurs, l’enfant déçu de ne pas reconnaître la mère dans le visage étranger, se mettra à crier.

* Huitième mois :

Alors que la relation affective que l’enfant entretient avec les autres était symbiotique (on se soutient mutuellement), elle se transforme et devient anaclitique : l’enfant prend conscience qu’il y a un lien relationnel entre lui et les autres. Et donc qu’il a besoin de sa mère et inversement.
Anaclitique signifie donc "le besoin de se reposer sur l'autre".

Le "Moi" se forme en même temps que se forme l'Objet extérieur, l'un n'existant que par rapport à l'autre. C'est une période très importante de distinction, que ce soit extérieur/intérieur ou Moi/Autre.

--> Création du « doudou » :
C'est un objet transitionnel, qui sera le plus souvent doux, mou, chaud... (transitionnel signifiant : qui permet de passer d'un niveau à l'autre,...)
Cet objet représente la mère, dans son absence comme dans sa présence. C'est à la fois la frustration et la gratification.

Chez l’adulte on retrouve ce même objet transitionnel mais l’adulte a abandonné le « doudou » au profit d’autres objets qui l’environne et ont la même fonction.
Comme la cigarette, le langage, etc…


Nature de la vie fantasmatique de l’enfant :
(ou quel est le fantasme prépondérant à ce stade)

Le fantasme :
(Je vous redonne la définition du fantasme :C'est une théorie, un scénario que le sujet élabore. Il explique le rapport qu'à le sujet à la jouissance (et donc au langage).
Il témoigne de sa rencontre avec la jouissance du moins, l'idée qu'il s'en est faite dans son esprit. En comprenant le fantasme du sujet, on comprend l'instant et la situation où le sujet s'est retrouvé face à la jouissance (situation souvent traumatique).)


Pour le premier stade, il est donc de nature orale.

Il se traduit par le mécanisme d’incorporation. Cela signifie que l’enfant s’approprie personnellement les qualités et défauts du lait.
Le bébé interprète ainsi la relation cause/effet.
Par exemple : il comprend que le plaisir du bain provoque du bien-être.
Le plaisir du repas, de manger, provoque aussi du bien-être.
Etc.

L’incorporation est donc le but de la pulsion orale. Les fantasmes oraux tournent autour du fait de manger ou d’être mangé.


Zone érogène du stade oral :

Elle est située au niveau de la bouche et de la gorge.
Elle est activée par l’activité motrice de succion lors de la tétée.

Mais le plaisir oral ne vient pas seulement de la simple satisfaction de la faim.
Le plaisir vient aussi du fait qu’il y a une conduite dite masturbatoire (servant à se faire plaisir donc), et cette conduite est le suçotement.

Donc, sachant que cette succion s'attache également une notion de plaisir : il va y avoir peu à peu dissociation entre le seul besoin vital de se nourrir en tétant le sein de la mère, et le plaisir qu'il y a à le faire.
Ce mouvement répétitif et régulier au cours de la journée procure à l'enfant du plaisir, ce qui revient à une sorte d'auto-érotisme.
La zone de la bouche devient par conséquent source de plaisir et donc zone érogène. Il s'agit donc du premier contact avec le plaisir lié à la sexualité, le sein de la mère devenant un objet de plaisir.

Le "fruit social" de ce stade oral est le langage, la parole. C'est-à-dire que l'enfant "sort" de ce stade lorsqu'il peut parler.
Certains enfants restent "bloqués" (on parle alors de "fixation"**) au stade oral ou du moins très marqués par ce stade important pour eux : d'où l'importance extrême qu'ils peuvent accorder ultérieurement à la nourriture et à tout ce qui concerne l'oralité.
(J’en donnais l’exemple lorsque je parlais de l’objet pulsionnel oral, en citant l’anorexie et la boulimie)

Par la suite, à la succion va se substituer la morsure. L'enfant ne tête plus, il mordille. Cette seconde phase du stade oral devient agressive, voire destructrice. Elle marque une transition nette vers le deuxième stade : le stade anal .

-----------
(**)
Les théories divergent quant à la "passation" des stades.

Pour les unes, l'enfant ne peut passer de stade en stade s'il ne résout pas le conflit de chaque.
Ainsi, dans cette situation par exemple, l'enfant qui n'auraient résolus les conflits et problématiques du stade oral, ne saurait passer au stade anal, ni au stade phallique, et ainsi de suite.

Pour les autres, l'enfant, en se développant, passe de stade en stade, mais acquiert des "points de fixation", qui le ramène à certains moments de sa vie, dans certains stades en particulier.
C'est ici que se situe la théorie Freudienne notamment.
Pour elle, les points de fixation sont des situations traumatisantes ou vécus comme telles, des conflits non-résolus, qui ramènent l'adulte à des états régressifs (revenir en arrière). Ces états, pleins de sentiments, d'émotions appartenant à certains stades du développement, ramènent l'adulte à certains comportements, attitudes, problématiques de son enfance.
Ces points de fixation sont d'ailleurs en rapport direct avec les "répétitions".

Ce qui se répètent, ce sont ces conflits ou des situations dont il faut prendre conscience, afin de cesser le cycle répétitif et surtout soulever la fixation.
- Tout ceci sera probablement développer plus tard, dans un autre post -
avatar
Mina

Messages : 206
Age : 30
Localisation Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum